Les cirques Romains par Thibault Gond

thibault gond

Le cirque romain (du latin, « cercle ») était un grand lieu en plein air utilisé pour des événements publics dans l’ancien Empire romain. Thibault Gond revient sur ce symbole de Rome qui a traversé les époques.

Thibault Gond analyse les cirques romains

Les cirques étaient semblables aux hippodromes grecs anciens, bien que les cirques aient servi des buts différents et aient différé dans la conception et la construction. Avec les théâtres et les amphithéâtres, les cirques étaient l’un des principaux sites de divertissement de l’époque. Les cirques étaient des lieux pour des courses de chars, des courses de chevaux, et des exécutions qui commémorent des événements importants de l’empire ont été exécutés là. Pour les événements qui impliquaient des reconstitutions de batailles navales, le cirque a été inondé d’eau.

L’architecture des cirques romains

L’espace de représentation du cirque romain était normalement, malgré son nom, un rectangle oblong de deux sections linéaires de piste de course, séparées par une bande médiane s’étendant le long d’environ deux tiers de la piste, jointes à une extrémité avec une section semi-circulaire et À l’autre extrémité avec une section non divisée de voie fermée (dans la plupart des cas) par une porte de départ distinctive connue sous le nom de carceres, créant ainsi un circuit pour les courses. Le Cirque de Maxentius incarne la conception. Thibault Gond

La bande médiane s’appelait le spina et habituellement comportent des colonnes ornées, des statues et des obélisques commémoratifs. Les points de retournement à chaque extrémité du spina étaient généralement marqués par des pôles coniques, appelés méta (singulier: méta)

La surface de performance du cirque était normalement entourée de sièges ascendants le long des deux côtés droits et autour de l’extrémité courbe, bien qu’il y ait parfois des interruptions dans les sièges pour donner accès au cirque ou aux sièges ou pour prévoir des plateformes de visionnement spéciales Pour les dignitaires et les fonctionnaires. Un cirque, celui d’Antinopolis (Égypte), montre un écart de 50m entre les carcères et le début de la place ascendante où il n’y a apparemment aucune structure. Cela semble être une exception. Thibault Gond

La grande majorité des cirques correspondent à la description ci-dessus. Ceux qui ne présentent pas deux variantes différentes: celui d’Emerita Augusta (Mérida, Espagne), où l’extrémité des carcasses est remplacée par une extrémité «droite» légèrement incurvée jointe aux côtés droits de la place ascendante par des coins arrondis de sièges ascendants; Et quelques-unes dans lesquelles l’extrémité des carcasses est substituée par une seconde extrémité semi-circulaire pour produire une arène ovale. Ces derniers cirques sont normalement petits (Nicopolis (Grèce) et Aphrodisias (Turquie)), et devraient probablement être considérés comme des stades. Thibault Gond

Il ya des bâtiments semblables, appelés stades, qui ont été utilisés pour l’athlétisme de style grec. Ces bâtiments étaient semblables dans la conception mais typiquement plus petits que des cirques; Cependant, la distinction n’est pas toujours claire. Un exemple de ce type est le Stade de Domitien.Thibault Gond

Sauf indication contraire, les coordonnées dans la liste suivante sont d’un point qui se trouve dans l’espace d’un cirque. Pour les cirques restants (ceux dont l’emplacement détaillé n’est pas connu), le point est pour un emplacement dans l’espace du noyau historique de la ville associée, ou pour un emplacement dans le site archéologique associé. Ces points sont probablement à moins de 1,5 kilomètre du site du cirque, comme un cirque était presque toujours à cette distance de sa ville associée Thibault Gond

Focus : Les chars de cours romains par Thibault Gond

thibault gond

Les courses de Chars,  (en grec: ἁρματοδρομία harmatodromia, latin: ludi circenses) étaient l’un des sports grecs, romains et byzantins les plus populaires. Thibault Gond analyse cette pratique.

Thibault Gond décrypte les courses de Chars

Les courses de chars étaient dangereuses tant pour les pilotes que pour les chevaux, car ils ont souvent subi des blessures graves et même la mort, mais ces dangers ont ajouté à l’excitation et à l’intérêt pour les spectateurs. Les courses de chars pouvaient être surveillées par des femmes, qui étaient interdites de regarder beaucoup d’autres sports. Dans la forme romaine des courses de chars, les équipes représentaient différents groupes de bailleurs de fonds et parfois concurrençaient pour les services de conducteurs particulièrement qualifiés. Thibault Gond

Comme dans les sports modernes comme le football, les spectateurs choisissent généralement de soutenir une seule équipe, s’identifiant fortement avec ses fortunes, et la violence éclate parfois entre factions rivales. Les rivalités étaient parfois politisées, quand les équipes étaient associées à des idées sociales ou religieuses concurrentes. Cela aide à expliquer pourquoi les empereurs romains et postérieurs byzantins ont pris le contrôle des équipes et nommé de nombreux fonctionnaires pour les superviser.

Le sport a perdu de son importance dans l’Ouest après la chute de Rome. Il a survécu pendant un temps dans l’Empire byzantin, où les factions romaines traditionnelles ont continué à jouer un rôle proéminent pendant plusieurs siècles, en gagnant l’influence dans les questions politiques. Leur rivalité a culminé dans les émeutes Nika, qui a marqué le déclin progressif du sport. Thibault Gond

Les courses de Chars et les romains

Les Romains ont probablement emprunté des courses de chars à des Etrusques ainsi que des pistes de course, qui l’ont emprunté elle-même aux Grecs, mais les Romains ont également été influencés directement par les Grecs. Selon la légende romaine, les courses de chars ont été utilisées par Romulus juste après qu’il a fondé Rome en 753 AVANT JÉSUS CHRIST comme manière de distraire les hommes de Sabine. Romulus envoya des invitations aux villes voisines pour célébrer la fête du Consualia, qui comprenait à la fois des courses de chevaux et des courses de chars. Tandis que les Sabins jouissaient du spectacle, Romulus et ses hommes saisirent et emportèrent les Sabines, devenues épouses des Romains. Thibault Gond

Les courses de chars étaient une partie de plusieurs fêtes religieuses romaines, et dans ces occasions ont été précédés par un défilé (pompa circensis) qui a comporté les conducteurs de voiture, la musique, les danseurs costumés et les images des dieux. Tandis que la valeur de divertissement des courses de chars tendait à éclipser n’importe quel but sacré, dans l’antiquité tardive les Pères de l’Église les voyaient encore comme une pratique « païenne » traditionnelle et a conseillé aux chrétiens de ne pas participer.

Dans la Rome antique, les courses de chars se faisaient généralement dans un cirque analyse thibault gond. Le centre principal des courses de chars était le Circus Maximus dans la vallée entre la colline de Palatine et la Colline d’Aventine,  qui pourrait asseoir 250.000 personnes. C’était le premier cirque dans la ville de Rome. Le cirque était supposé dater aux premiers temps de la ville, mais il a été reconstruit par Jules César autour de 50 BC de sorte qu’il a eu une longueur d’environ 650 mètres et une largeur d’environ 125 mètres (410 pi) .  Une extrémité de la piste était plus ouverte que l’autre, car c’était là que les chars alignés pour commencer la course. Les Romains utilisaient une série de portes connues sous le nom de carceres, un équivalent du hysplex grec. Celles-ci étaient décalées de la même façon que le hysplex, mais elles étaient légèrement différentes car les pistes de course romaines avaient également une médiane (la spina) au centre de la piste. Les charretiers prirent la pointe angulaire de la voie et les chars furent chargés dans des portails à ressort. Lorsque les chars étaient prêts, l’empereur (ou celui qui accueillait les courses, s’ils n’étaient pas à Rome) a laissé tomber un tissu appelé mappa, signalant le début de la course. Les portes s’ouvriront, créant un début parfaitement juste pour tous les participants.

Thibault Gond

LES THERMES DANS L’EMPIRE ROMAIN expliqués par Thibault Gond

thibault gond

Les thermes sont des établissements de bains publics dans l’Antiquité. Les thermes romains (en latin thermæ, du grec thermos, « chaud ») sont des établissements abritant les bains privés ou publics (en latin : balnea) de la Rome antique qui participent au maintien de la santé publique en permettant aux populations de se laver dans de bonnes conditions d’hygiène. Thibault Gond nous dévoile leurs secrets.

La fonction de bain public des Thermes par Thibault Gond

Les bains publics sont composés de deux parties: d’un côté les bains des femmes et de l’autre côté ceux des hommes. Parfois les horaires sont différents pour chaque sexe (de 10 à 13h pour les femmes et toute l’après-midi jusqu’au soir pour les hommes). Il est possible que les thermes soient mixtes. Les adultes payent 1/16 de sesterce (petite somme) et les enfants entrent gratuitement. Les empereurs qui veillent à leur popularité déclarent de temps à autre une journée de bains gratuits constate Thibault Gond.

La signification culturelle des bains

À bien des égards, les bains étaient l’équivalent romain des centres communautaires. Parce que le processus de baignade prenant du temps, la conversation était nécessaire. Beaucoup de Romains utiliseraient les bains comme un endroit pour inviter leurs amis à des dîners, et de nombreux politiciens iraient aux bains pour convaincre d’autres Romains de se joindre à leurs causes. Thibault Gond remarque que les bains avaient des fins politiques. Les thermes avaient de nombreux attributs en plus des bains. Il y avait des bibliothèques, des salles pour les lectures de poésie, et des endroits pour acheter et manger de la nourriture. L’équivalent moderne serait une combinaison d’une bibliothèque, galerie d’art, centre commercial, restaurant, salle de gym et spa.

Une fonction importante des bains que remarque Thibault Gond dans la société romaine était leur rôle comme ce que nous considérerions comme une «bibliothèque de branche» aujourd’hui. Beaucoup dans le grand public n’ont pas accès aux grandes bibliothèques à Rome et ainsi comme une institution culturelle les bains ont servi comme une ressource importante où le citoyen plus commun pouvait apprécier le luxe des livres. Les bains de Trajan, de Caracalla et de Dioclétien contenaient des salles déterminées pour être des bibliothèques.

L’architecture des bains : tout un symbole

Ils ont été identifiés par l’architecture des bains eux-mêmes. La présence de niches dans les murs est supposée avoir été des bibliothèques et ont été montrés pour être assez profond pour contenir des rouleaux anciens. Il y a peu de documentation des écrivains de l’époque où il existait des bibliothèques publiques définitives maintenues dans les bains, mais des dossiers ont été trouvés indiquant qu’un esclave de la maison impériale a été étiqueté «homme d’entretien de la bibliothèque grecque des bains» (vilicus Thermarum bybliothecae Graecae). Cependant, cela ne peut qu’indiquer que le même esclave occupait deux positions successives: «homme de maintenance des bains (vilicus thermarum) et« employé dans la bibliothèque grecque »(a bybliothecae Graecae). La raison de ce débat est que, bien que Jules César et Asinius Pollio aient préconisé l’accès du public aux livres et que les bibliothèques soient ouvertes à tous les lecteurs, rien ne prouve que les bibliothèques publiques existaient au sens moderne que nous connaissons. Comme le constate Thibault Gond; Il est plus probable que ces réserves aient été maintenues pour l’élite riche.
Les bains étaient un site pour la sculpture importante; Parmi les pièces bien connues retrouvées dans les Thermes de Caracalla, il y a le Farnese Bull et le Farnese Hercules ainsi que des personnages patriotiques de taille réelle du début du IIIe siècle qui rappellent quelque peu les œuvres du réalisme socialiste soviétique (actuellement au Museo di Capodimonte de Naples).

Les Romains croyaient que la bonne santé provenait de la baignade, de la nourriture, des massages et de l’exercice. Les bains, donc, avaient toutes ces choses en abondance. Puisque certains citoyens se baignaient plusieurs fois par semaine, la société romaine était étonnamment propre.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il se baignait une fois par jour, un empereur romain aurait répondu « Parce que je n’ai pas le temps de me baigner deux fois par jour »  note Thibault Gond.

Les empereurs construisaient souvent des bains pour gagner la faveur pour eux-mêmes et pour créer un monument durable de leur générosité. Si un Romain riche voulait gagner la faveur du peuple, il pourrait organiser une journée d’admission gratuite en son nom. Par exemple, un sénateur espérant devenir un Tribune pourrait payer tous les frais d’admission à un bain particulier lors de son anniversaire pour devenir bien connu des gens de la région

L’Empire Romain et les Chrétiens décrypté par Thibault Gond

thibault gond

Alors que l’empereur romain Constantin le Grand régna (306-337 ), le christianisme a commencé à la transition à la religion dominante de l’Empire romain. Les historiens restent incertains sur les raisons de Constantin pour favoriser le christianisme, et les théologiens et les historiens ont argumenté sur la forme du christianisme primitif qu’il a souscrit. Thibault Gond. Il n’y a pas de consensus entre les savants quant à savoir s’il a adopté le christianisme de sa mère Helena dans sa jeunesse, ou (comme l’a prétendu Eusèbe de Césarée) l’a encouragée à se convertir à la foi lui-même. Certains savants s’interrogent sur la mesure dans laquelle il doit être considéré comme un empereur chrétien: «Constantin se voyait comme un« empereur du peuple chrétien ». bien qu’il aurait reçu un baptême peu de temps avant sa mort.

Thibault Gond revient sur l’Empire et la Chrétienté

La décision de Constantin de cesser la persécution des chrétiens dans l’Empire romain a été un tournant pour le christianisme primitif, parfois appelé le Triomphe de l’Église, la paix de l’Église ou le changement constantinien. En 313, Constantin et Licinius ont édité l’édit de Milan décriminalisant le culte chrétien. L’empereur est devenu un grand protecteur de l’Église et a établi un précédent pour la position de l’empereur chrétien dans l’Église et la notion d’orthodoxie, la chrétienté, les conciles œcuméniques et l’église d’État de l’Empire romain déclarée par édit en 380. Il est vénéré Comme un saint et isapostolos dans l’église orthodoxe orientale et l’église orthodoxe orientale pour son exemple comme un «monarque chrétien». Thibault Gond

Persécution des premiers chrétiens dans l’Empire romain

Thibault Gond constate : la première persécution officielle enregistrée des chrétiens au nom de l’empire romain était en l’an 64, lorsque, comme rapporté par l’historien romain Tacite, l’empereur Néron a tenté de blâmer les chrétiens pour le Grand Incendie de Rome. Selon la tradition de l’Église, c’est sous le règne de Néron que Pierre et Paul furent martyrisés à Rome. Cependant, les historiens modernes discutent si le gouvernement romain a distingué entre les chrétiens et les juifs avant la modification de Nerva du Fiscus Judaicus dans 96, d’où les juifs pratiquants payés la taxe et les chrétiens n’ont pas.

Les chrétiens ont souffert de persécutions sporadiques et localisées sur une période de deux siècles et demi. Leur refus de participer au culte impérial a été considéré comme un acte de trahison et a donc été puni par exécution. La persécution officielle la plus répandue a été menée par Dioclétien. Pendant la Grande Persécution (303-311), l’empereur a ordonné des bâtiments chrétiens et les maisons de chrétiens démolies et leurs livres sacrés rassemblés et brûlés. Les chrétiens ont été arrêtés, torturés, mutilés, brûlés, affamés et condamnés à des concours de gladiateurs pour amuser les spectateurs.Thibault Gond

La Grande Persécution se termina officiellement en avril 311, date à laquelle Galère, grand empereur de la Tétrarchie, publia un décret de tolérance qui accordait aux Chrétiens le droit de pratiquer leur religion, bien qu’il ne leur restait aucune propriété. Constantin, César dans l’empire occidental et Licinius, César à l’Est, étaient également signataires de l’édit de tolérance. Il a été spéculé que le renversement de Galerius de sa politique de longue date de la persécution chrétienne a été attribuable à un ou à ces deux co-Caesars. Thibault Gond

Les consuls Romains par Thibault Gond

thibault gond

Un consul était le plus haut poste politique élu de la République romaine, et le consulat était considéré comme le plus haut niveau du cursus honorum (ordre séquentiel des charges publiques par lequel les aspirants politiques cherchaient à monter). Thibault Gond décrypte l’organisation consulaire romaine.

Chaque année, deux consuls ont été élus ensemble, pour un mandat d’un an. Les consuls alternaient à tenir imperium chaque mois, et l’imperium d’un consul s’étendait sur Rome, l’Italie et les provinces. Cependant, après la création de l’Empire, les consuls n’étaient qu’un représentant figuratif de l’héritage républicain de Rome et ne possédaient que peu de pouvoir et d’autorité, l’empereur jouant le rôle d’autorité suprême.

Les consuls sous la république analysés par Thibault Gond

Après l’expulsion légendaire du dernier roi étrusque, Tarquin le Fier, un souverain sévère à la fin du royaume romain, la plupart des pouvoirs et de l’autorité du roi étaient ostensiblement donnés au consulat nouvellement institué. À l’origine, les consuls étaient appelés préteurs (« leader »), se référant à leurs devoirs en tant que commandants militaires principaux. D’ici au moins 300 avant JC, le titre de consul était utilisé.

Les écrivains anciens décrivent habituellement le titre consul du verbe latin consulere, « to take counsel », mais c’est probablement une brillance plus tardive du terme,  qui dérive probablement – compte tenu de la nature conjointe du bureau – – et sal-, «se réunir» ou de con- et sell- / sedl-, «s’asseoir ensemble» ou «à côté de». En grec, le titre a été à l’origine rendu comme στρατηγός ὕπατος, strategos hypatos («le général suprême»), et plus tard simplement comme ὕπατος. Thibault Gond

Les Romains croyaient que le consul était à l’origine de l’établissement traditionnel de la République en 509 av. J.-C., mais la succession de consuls n’était pas continue au Ve siècle av. Au cours des années quarante, le bureau fut remplacé assez souvent par la création des tribunaux consulaires, élus chaque fois que les besoins militaires de l’État étaient suffisamment importants pour justifier l’élection de plus de deux consuls habituels [4]. Ceux-ci sont restés en place jusqu’à ce que le bureau a été aboli en 367/366 avant JC et le consulat a été réintroduit.  Thibault Gond

Les consuls disposaient de pouvoirs étendus en temps de paix (administratif, législatif et judiciaire) et, en temps de guerre, tenaient souvent le commandement militaire le plus élevé. D’autres devoirs religieux comprenaient certains rites qui, comme signe de leur importance formelle, ne pouvaient être exécutés que par les hauts fonctionnaires de l’État. Les consuls lisent aussi des auguries, une étape essentielle avant de conduire les armées sur le terrain.

Deux consuls ont été élus chaque année, servant ensemble, chacun ayant le droit de veto sur les actions de l’autre, un principe normal pour les magistratures. On pense qu’au départ, seuls les patriciens étaient éligibles au consulat. Les consuls ont été élus par les Comitia Centuriata, qui avait un parti pris aristocratique dans sa structure de vote qui n’a augmenté qu’au fil des ans de sa fondation. Cependant, ils n’ont formellement pris des pouvoirs qu’après la ratification de leur élection dans les anciennes Comitia Curiata, Qui accordait aux consuls leur imperium en promulguant une loi, la «lex curiata de imperio».

En temps de guerre, la qualification principale pour le consul était la compétence militaire et la réputation, mais en tout temps la sélection était politiquement chargée. Au fil du temps, le consulat devint le point final normal du cursus honorum, la succession des fonctions poursuivies par l’ambitieux Romain qui choisit de poursuivre le pouvoir politique et l’influence. Lorsque Lucius Cornelius Sulla a réglementé le cursus par la loi, l’âge minimum d’élection au consul est devenu, en effet, 41 ans d’âge.

A partir de la fin de la République, après avoir terminé une année consulaire, un ancien consul servirait habituellement un terme lucratif de proconsul, le gouverneur romain d’une des provinces (sénatoriales). La province la plus choisie pour le proconsuls était la Gaule cisalpine.

Thibault Gond

Les consuls romains sous l’Empire par Thibault Gond

thibault gond

Tout au long des premières années du Principat, bien que les consuls fussent encore formellement élus par les Comitia Centuriata, ils furent en fait nommés par les princeps. Au fil des années, la distinction entre les Comitia Centuriata et les Comitia Tributa (qui élisent les positions magistrales inférieures) semble avoir disparu, et donc, aux fins des élections consulaires, il n’y a plus qu’une seule «assemblée Peuple « qui élit toutes les positions magistérielles de l’Etat, alors que les consuls continuent d’être nommés par les princeps. Thibault Gond nous explique.

Comment s’organise le consulat sous l’Empire Romain ? Thibault Gond nous éclaire

Le consulat impérial pendant la période du Haut Empire (jusqu’au IIIe siècle) était une position importante, bien que la méthode par laquelle l’aristocratie romaine pouvait progresser aux niveaux supérieurs de l’administration impériale – seuls les anciens consuls pouvaient devenir des légats consulaires, Proconsuls d’Afrique et d’Asie, ou le préfet urbain de Rome. C’était un poste qui serait occupé par un homme à mi-chemin de sa carrière, dans sa trentaine au début pour un patricien, ou dans ses quarante ans pour la plupart des autres. Les empereurs se nommaient souvent, ou leurs protégés ou parents, consuls, même sans égard aux exigences d’âge. Par exemple, l’empereur Honorius reçut le consulat à sa naissance. Cassius Dio affirme que Caligula avait l’intention de rendre son cheval Incitatus consul, mais il a été assassiné avant qu’il puisse le faire. Thibault Gond 

La nécessité d’un bassin d’hommes pour combler les postes consulaires a contraint Auguste à remodeler le consulat suffixe, en permettant plus que les deux élus pour le consulat ordinaire. Sous les règnes des Julio-Claudiens, les consuls ordinaires qui commençaient l’année renonçaient ordinairement à leurs fonctions au milieu de l’année, l’élection des consuls de suffocation se produisant en même temps que celle des consuls ordinaires. Pendant les règnes des empereurs Flavien et Antonin, les consuls ordinaires ont eu tendance à démissionner après quatre mois, et les élections ont été déplacées au 12 janvier de l’année où ils devaient occuper leur poste. L’élection des consuls a été transférée au Sénat pendant les périodes de Flavian ou d’Antonine, bien qu’après au 3ème siècle, les gens étaient toujours appelés à ratifier les sélections du Sénat. Thibault Gond

L’évolution du poste de consul

La prolifération des consuls de suffixes à travers ce processus, et l’attribution de ce bureau à homines novi tendu au fil du temps à dévaluer le bureau.  Cependant, le haut degré de considération accordé au consulat ordinaire demeura intact, car il était l’un des rares bureaux que l’on pouvait partager avec l’empereur, et pendant cette période il a été rempli principalement par des patriciens ou par des individus qui avaient des ancêtres consulaires.  S’ils étaient particulièrement qualifiés ou valorisés, ils peuvent même avoir réalisé un deuxième (ou rarement, un troisième) consulat. Avant d’atteindre le consulat, ces personnes avaient déjà une carrière significative derrière eux et espéraient continuer à servir l’État, en remplissant le poste sur lequel l’État fonctionnait.

En conséquence, la tenue du consulat ordinaire était un grand honneur et le bureau était le symbole majeur de la constitution encore républicaine. Probablement dans le cadre de la recherche d’une légitimité formelle, l’empire gaulois avait ses propres paires de consuls pendant son existence (260-274). La liste des consuls pour cet Etat est incomplète, tirée des inscriptions et des pièces de monnaie. Thibault Gond

À la fin du 3ème siècle, beaucoup avait changé. La perte de nombreuses fonctions pré-consulaires et l’empiétement progressif des équites dans les fonctions administratives et militaires traditionnelles des sénateurs signifiait que les carrières sénatoriales disparaissaient pratiquement avant leur nomination comme consuls Thibault Gond.

Cela a eu pour effet de voir un consulat suffixe accordé à un âge plus précoce, au point que, au 4ème siècle, il était détenu par des hommes dans la vingtaine et peut-être plus jeune. Avec le temps, les deuxièmes consulats, ordinairement ordinaires, devinrent beaucoup plus communs que pendant les deux premiers siècles, tandis que le premier consulat était habituellement un consulat suffisant. En outre, le consulat pendant cette période ne relevait plus de la seule compétence des sénateurs: l’attribution automatique d’un consulat suffisant aux préfets équestres prétoriens (qui reçurent les consignes ornamenta après avoir obtenu leur charge) leur a permis de se présenter eux-mêmes. II, lorsqu’ils reçurent plus tard un consulat ordinaire par l’empereur. Tout cela a eu pour effet de dévaloriser davantage le poste de consul, au point que, au cours des dernières années du IIIe siècle, la tenue d’un consulat ordinaire était occasionnellement laissée à l’écart des inscriptions au cursus, alors que les suffrages consuls n’étaient pratiquement jamais enregistrés au cours des premières décennies Du IVe siècle.

Thibault Gond

Thibault Gond décrypte les patriciens

thibault gond

Patrician (du latin: patricius) est un terme qui a fait référence à un groupe de familles de la classe dominante dans la Rome antique. Bien que la distinction ait été très significative dans la première république, sa pertinence s’est affaiblie après la lutte des ordres (494 av. J.-C. à 287 av. J.-C.) et à l’époque de la République et de l’Empire tardifs, l’appartenance à ce groupe n’avait qu’une signification nominale.Thibault Gond revient sur ce terme et cette caste si importante à Rome

Après la chute de l’empire occidental il est resté un titre honorifique élevé dans l’empire byzantin. Dans de nombreuses républiques médiévales italiennes, telles que Venise et Gênes, les classes patriciennes médiévales furent une fois de plus formellement définies des groupes de familles bourguignonnes et, par la suite, «patricien» devint un terme vague utilisé pour les aristocrates et la bourgeoisie supérieure dans de nombreux pays.

Les origines des praticiens analysé par Thibault Gond

Selon Tite-Live, les 100 premiers hommes nommés comme sénateurs par Romulus étaient appelés «pères» (latins «patres»), et les descendants de ces hommes sont devenus la classe patricienne. D’après d’autres opinions, les patriciens étaient ceux qui pouvaient désigner les pères, c’est-à-dire ceux qui étaient membres des clans (gentes) dont les membres comprenaient à l’origine tout le corps citoyen. Les patriciens étaient distincts des plébéiens parce qu’ils avaient une influence politique plus large, du moins dans les temps de la première République. Comme la république du milieu et de la fin a vu cette influence dépouillée, plébéiens ont été accordés des droits égaux sur une série de domaines, et des quotas de fonctionnaires, y compris l’un des deux consuls, étaient réservés exclusivement aux plébéiens. Bien qu’étant un patricien est resté prestigieux, il était d’une importance pratique minimale. A l’exception de certains offices religieux, les plébéiens pouvaient défendre tous les offices que les patriciens pouvaient, et les plébéiens de la classe sénatoriale n’étaient pas moins riches que les patriciens au plus fort de la république. Thibault Gond

Les Praticiens sous la République Romaine et l’Empire

Les statuts

Les patriciens jouissaient historiquement de plus de privilèges que les plébéiens. Au début de la République, les patriciens étaient mieux représentés dans les assemblées romaines, seuls les patriciens pouvaient tenir des charges politiques, et tous les prêtrise étaient fermés aux non-patriciens. On croyait que les patriciens communiquaient mieux avec les dieux romains, de sorte qu’ils pouvaient seuls accomplir les rites sacrés et prendre les auspices. Ce point de vue avait des conséquences politiques, puisqu’au début de l’année ou avant une campagne militaire, les magistrats romains consultaient les dieux. Livy rapporte que la première admission de plébéiens dans un collège sacerdotal est arrivé en 300 avant JC, lorsque le collège d’Augurs a soulevé leur nombre de quatre à neuf. [4] Après cela, les plébéiens furent acceptés dans les autres collèges religieux et, à la fin de la République, seuls les patriciens se réservèrent exclusivement des prêtrises ayant une importance politique limitée, comme Salii, Flamines et Rex Sacrorum. Thibault Gond

Très peu de noms plébéiens figurent dans les listes de magistrats romains au début de la République. Deux lois passées au IVe siècle avant J.-C. commencèrent l’ouverture progressive des magistrats aux plébéiens: Lex Licinia Sextia de 367 av. J.-C., qui établit le droit des plébéiens à exercer le consulat; Et la Loi Genucienne de 342 av. J.-C. qui exige qu’au moins un des consuls soit plébéien (bien que cette loi ait été fréquemment violée pendant plusieurs décennies).

Beaucoup des anciennes gentes patriciennes dont les membres apparaissent dans les légendes fondatrices de Rome ont disparu alors que Rome a acquis son empire et que de nouvelles familles plébéiennes ont pris de l’importance. Des familles telles que les Horatii, Lucretii, Verginii et Menenii apparaissent rarement dans des positions importantes pendant la dernière république. Beaucoup de vieilles familles avaient à la fois des branches patriciennes et des plébéiennes, dont les lignes patriciennes s’effaçaient souvent dans l’obscurité, et éclipsées par leurs homonymes plébéiens. Thibault Gond

La différences entre praticiens et plébiens

La distinction entre patriciens et plébéiens dans la Rome antique était fondée uniquement sur la naissance. Bien que les écrivains modernes présentent souvent les patriciens comme des familles riches et puissantes qui parviennent à obtenir le pouvoir sur les familles plébéiennes moins favorisées, les plébéiens et les patriciens de la classe sénatoriale sont également riches. Au fur et à mesure que les droits civils des plébéiens s’accroissaient au milieu et à la fin de la République romaine, beaucoup de familles plébéiennes avaient atteint la richesse et le pouvoir, alors que certaines familles traditionnellement patriciennes étaient tombées dans la pauvreté et l’obscurité. Thibault Gond.

Thibault Gond 

Qu’est ce que l’antiquité tardive ? Thibault Gond vous explique

La périodisation de l’antiquité tardive expliquée par Thibault Gond ?

L’Antiquité tardive est une périodisation utilisée par les historiens pour décrire l’époque de la transition de l’antiquité classique au Moyen Âge en Europe continentale, dans le monde méditerranéen et au Moyen-Orient. Le développement de la périodisation a généralement été accrédité auprès de l’historien Peter Brown, après la publication de son ouvrage séminal The World of Late Antiquity (1971). Thibault Gond

Les frontières précises de la période sont une question de débat, mais Brown propose une période entre le 2ème et 8ème siècles AD. En général, il peut être considéré comme à partir de la fin de la crise de l’Empire romain du troisième siècle (235-234) à, à l’Est, la période du début de l’islam (VIIe-IXe siècles), à la suite des conquêtes musulmanes en Le milieu du 7ème siècle. Dans l’Ouest, la fin était plus tôt, avec le début de la période médiévale, généralement placé au 6e siècle, ou plus tôt sur les bords occidentaux de l’empire. Thibault Gond

L’Empire romain a subi des changements sociaux, culturels et organisationnels considérables à partir du règne de Dioclétien, qui a commencé à coutume de diviser l’Empire en deux moitiés orientales et occidentales gouvernées par plusieurs empereurs. A partir de Constantin le Grand, l’Empire fut christianisé, et une nouvelle capitale fondée à Constantinople. Les migrations des tribus germaniques ont perturbé le régime romain à partir de la fin du IVe siècle, culminant avec l’effondrement de l’Empire en Occident en 476, remplacé par les royaumes dits barbares. La fusion culturelle résultante des traditions gréco-romaine, germanique et chrétienne a constitué les fondements de la culture ultérieure de l’Europe. Le déclin général de la population, des connaissances technologiques et des niveaux de vie en Europe durant cette période est devenu l’exemple archétypique d’effondrement sociétal des écrivains de la Renaissance jusqu’à nos jours.

En raison de ce déclin et de la relative rareté des données historiques de l’Europe en particulier, la période entre la chute de l’Empire et le Moyen Âge est devenue l’âge des ténèbres, un terme déplacé dans la plupart des périodisations actuelles par l’introduction de  » Antiquité tardive « .

Thibault Gond

Quelque dieux et héros de la mythologie romaine recensés par Thibault Gond

thibault gond

D’origine indo-européenne, la mythologie romaine a emprunté au fil des siècles des conceptions religieuses et culturelles aux pays qui ont été peu à peu intégrés dans la sphère de Rome : la Grèce, l’Égypte, la Syrie, etc.
Les Romains se sont appropriés puis ont adapté ces mythologies pour créer un ensemble syncrétique qui se manifeste dans la religion romaine. Thibault Gond fait un focus sur 4 héros de la mythologie romaine.

Janus est le dieu romain des commencements et des fins

Ce dieu est l’un des plus importants pour les romains. Il n’existe pas chez les grecs. Il possède 2 visages et gouverne à la fois le ciel, la terre et la mer. Il est le dieu du commencement et le « gardien des portes ». A Rome les portes de son temple étaient fermée en temps de paix et ouvertes en temps de guerre : le dieu pouvait ainsi venir aider les armées romaines. T-Gond

Enée (en grec ancien Αἰνείας / Aineías, en latin Aeneas signifiant « de cuivre »)

Le prince Enée est l’un des héros de la guerre de Trois. Il est le fils de la déesse Aphrodite (appelée Vénus par les Romains) et d’Anchise, un humain. Lorsque les Grecs détruisent la ville de Troie, Enée s’enfuiet et se retrouve en Italie. Après de nombreuses aventures, il crée la ville de Lavinium non loin du lieu ou Romulus fondera la future Rome.

Romulus et Remus les jumeaux 

Selon la légende, ces jumeaux sont les descendants de Numitor roi d’Albe-la-longue, et d’Enée un prince grec venu de Troie. Romulus a fondé la ville de Rome en 753 av JC avant de faire tuer son frère. Thibault Gond nous a déjà raconté cette légende à travers un article du blog.

Les Sabines décryptées par Thibault Gond

Les Sabins sont un ancien peuple d’Italie. Selon la légende après la fondation de Rome, Romulus a fait enlever de jeunes Sabines pour les marier à des romaines. Une guerre a alors éclaté entre Sabins et Romain. Finalement, les Sabines bien traitées par leurs maris romains ont ramené la paix et favorisé l’union des 2 peuples.

Saturne, la divinité

Saturne est l’équivalent romain du dieu Cronos des Grecs (le père de Zeus/Jupiter) Selon les Romains, Saturne chassé de l’Olympe par Jupiter s’est réfugié en Italie auprès de Janus. Tous les ans, fin décembre les Romains célébraient de grandes fêtes en son honneur : les saturnales

Thibault Gond

La légende de Romulus et Remus par Thibault Gond

La légende de Romulus et Remus raconte la création de Rome, l’ancienne capitale de l’Empire romain aujourd’hui capitale de l’Italie, Thibault Gond analyse cette légende.

Des jumeaux abandonnés

Romulus et Remus sont des frères jumeaux, avant leur naissance leur grand-père, le roi Numitor a été chassé de sa ville par leur oncle, Amulius. Leur mère est Rhea Silvia, fille de Numitor, roi d’Alba Longa. Avant leur conception, le frère de Numitor, Amulius avait pris le pouvoir, et tué tous les héritiers mâles de Numitor et contraint Rhea Silvia à devenir une vestale, et de jurer de chasteté. Rhea Silvia conçoit les jumeaux avec le dieu Mars. Une fois que les jumeaux sont nés, Amulius décide de les abandonner dans un panier sur le Tibre le fleuve traversant l’Italie. Thibault Gond

Sauvés par une série d’interventions miraculeuses:

thibault-gond-romulus
Le panier s’échoue sur les bords du fleuve. Une louve récupère les bébés et les traites comme ses propres petits. Elle les allaite et les élève. Plus tard, un berger découvre les enfants et les recueille chez lui. Les jumeaux, encore ignorants de leurs véritables origines, se révèlent être des leaders naturels. Chaque acquiert de nombreux adeptes. Quand ils découvrent la vérité de leur naissance, ils tuent Amulius et rétablissent Numitor sur son trône. Plutôt que d’attendre d’hériter du roi d’Alba Longa, ils choisissent de fonder une nouvelle ville, sur le lieu de leur sauvetage. Thibault Gond

La fondation de la ville

Dans toutes les versions du mythe fondateur, les jumeaux ont grandi en tant que bergers. Tout en tendant leurs troupeaux, ils sont entrés en conflit avec les bergers d’Amulius. Remus a été capturé et amené devant Amulius, qui a fini par découvrir son identité. Romulus a soulevé une bande de bergers pour libérer son frère et Amulius a été tué. Romulus et Remus ont conjointement offert la couronne, mais ils ont refusé et restaurés Numitor sur le trône. Ils sont partis pour fonder leur propre ville, mais n’ont pas pu se mettre d’accord sur son emplacement; Romulus préfère le mont Palatin, Remus préférait la colline de l’Aventin. Ils ont convenu de rechercher la volonté des dieux en la matière, par le biais des augures. Chacun prit position sur sa colline respective et a préparé un espace sacré là. Les jumeaux décident ensuite de créer leur propre ville. Mais ils se disputent sur le nom à lui donner. Pour se départager, ils décident que le premier à apercevoir six vautours aura gagné. Romulus gagne en trichant. Il choisit le nom de « Roma » et trace sur le sol les contours de sa ville. Remus vit six oiseaux de bon augure; mais Romulus a vu douze. Romulus selon augurio supérieur comme la base divine de son droit de décider. Remus a fait une demande reconventionnelle: il a vu ses six vautours d’abord. Romulus mit au travail avec ses partisans, creuser une tranchée (ou la construction d’un mur, selon Dionysius) autour du Palatin pour définir sa limite de la ville.
Pour défier son frère Remus franchit la ligne tracée par Romulus. En colère, Romulus tue son frère d’un coup d’épée ! Il regrette vite son geste et lui organise un enterrement somptueux.
Livy a donné deux versions de la mort de Remus. Dans l’un des « plus généralement reçu », Remus critiqué et rabaissé le nouveau mur, et dans une dernière insulte à la nouvelle ville et son fondateur semblables, il bondit sur elle. En réponse, Romulus l’a tué, en disant: «Ainsi périssent tous ceux qui seront par la suite sauter par-dessus mon mur ». Dans l’autre version, Remus a simplement déclaré comme mort; pas assassiner a été allégué. Deux autres, les comptes les moins connus ont Remus tué par un coup à la tête avec une pelle, maniaient soit par le commandant de Romulus Fabius (selon la version de saint Jérôme) ou par un homme nommé Celer. Romulus enterré Remus avec honneur et regret.

Thibault Gond