LES THERMES DANS L’EMPIRE ROMAIN expliqués par Thibault Gond

thibault gond

Les thermes sont des établissements de bains publics dans l’Antiquité. Les thermes romains (en latin thermæ, du grec thermos, « chaud ») sont des établissements abritant les bains privés ou publics (en latin : balnea) de la Rome antique qui participent au maintien de la santé publique en permettant aux populations de se laver dans de bonnes conditions d’hygiène. Thibault Gond nous dévoile leurs secrets.

La fonction de bain public des Thermes par Thibault Gond

Les bains publics sont composés de deux parties: d’un côté les bains des femmes et de l’autre côté ceux des hommes. Parfois les horaires sont différents pour chaque sexe (de 10 à 13h pour les femmes et toute l’après-midi jusqu’au soir pour les hommes). Il est possible que les thermes soient mixtes. Les adultes payent 1/16 de sesterce (petite somme) et les enfants entrent gratuitement. Les empereurs qui veillent à leur popularité déclarent de temps à autre une journée de bains gratuits constate Thibault Gond.

La signification culturelle des bains

À bien des égards, les bains étaient l’équivalent romain des centres communautaires. Parce que le processus de baignade prenant du temps, la conversation était nécessaire. Beaucoup de Romains utiliseraient les bains comme un endroit pour inviter leurs amis à des dîners, et de nombreux politiciens iraient aux bains pour convaincre d’autres Romains de se joindre à leurs causes. Thibault Gond remarque que les bains avaient des fins politiques. Les thermes avaient de nombreux attributs en plus des bains. Il y avait des bibliothèques, des salles pour les lectures de poésie, et des endroits pour acheter et manger de la nourriture. L’équivalent moderne serait une combinaison d’une bibliothèque, galerie d’art, centre commercial, restaurant, salle de gym et spa.

Une fonction importante des bains que remarque Thibault Gond dans la société romaine était leur rôle comme ce que nous considérerions comme une «bibliothèque de branche» aujourd’hui. Beaucoup dans le grand public n’ont pas accès aux grandes bibliothèques à Rome et ainsi comme une institution culturelle les bains ont servi comme une ressource importante où le citoyen plus commun pouvait apprécier le luxe des livres. Les bains de Trajan, de Caracalla et de Dioclétien contenaient des salles déterminées pour être des bibliothèques.

L’architecture des bains : tout un symbole

Ils ont été identifiés par l’architecture des bains eux-mêmes. La présence de niches dans les murs est supposée avoir été des bibliothèques et ont été montrés pour être assez profond pour contenir des rouleaux anciens. Il y a peu de documentation des écrivains de l’époque où il existait des bibliothèques publiques définitives maintenues dans les bains, mais des dossiers ont été trouvés indiquant qu’un esclave de la maison impériale a été étiqueté «homme d’entretien de la bibliothèque grecque des bains» (vilicus Thermarum bybliothecae Graecae). Cependant, cela ne peut qu’indiquer que le même esclave occupait deux positions successives: «homme de maintenance des bains (vilicus thermarum) et« employé dans la bibliothèque grecque »(a bybliothecae Graecae). La raison de ce débat est que, bien que Jules César et Asinius Pollio aient préconisé l’accès du public aux livres et que les bibliothèques soient ouvertes à tous les lecteurs, rien ne prouve que les bibliothèques publiques existaient au sens moderne que nous connaissons. Comme le constate Thibault Gond; Il est plus probable que ces réserves aient été maintenues pour l’élite riche.
Les bains étaient un site pour la sculpture importante; Parmi les pièces bien connues retrouvées dans les Thermes de Caracalla, il y a le Farnese Bull et le Farnese Hercules ainsi que des personnages patriotiques de taille réelle du début du IIIe siècle qui rappellent quelque peu les œuvres du réalisme socialiste soviétique (actuellement au Museo di Capodimonte de Naples).

Les Romains croyaient que la bonne santé provenait de la baignade, de la nourriture, des massages et de l’exercice. Les bains, donc, avaient toutes ces choses en abondance. Puisque certains citoyens se baignaient plusieurs fois par semaine, la société romaine était étonnamment propre.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il se baignait une fois par jour, un empereur romain aurait répondu « Parce que je n’ai pas le temps de me baigner deux fois par jour »  note Thibault Gond.

Les empereurs construisaient souvent des bains pour gagner la faveur pour eux-mêmes et pour créer un monument durable de leur générosité. Si un Romain riche voulait gagner la faveur du peuple, il pourrait organiser une journée d’admission gratuite en son nom. Par exemple, un sénateur espérant devenir un Tribune pourrait payer tous les frais d’admission à un bain particulier lors de son anniversaire pour devenir bien connu des gens de la région

Publicités