Les consuls romains sous l’Empire par Thibault Gond

thibault gond

Tout au long des premières années du Principat, bien que les consuls fussent encore formellement élus par les Comitia Centuriata, ils furent en fait nommés par les princeps. Au fil des années, la distinction entre les Comitia Centuriata et les Comitia Tributa (qui élisent les positions magistrales inférieures) semble avoir disparu, et donc, aux fins des élections consulaires, il n’y a plus qu’une seule «assemblée Peuple « qui élit toutes les positions magistérielles de l’Etat, alors que les consuls continuent d’être nommés par les princeps. Thibault Gond nous explique.

Comment s’organise le consulat sous l’Empire Romain ? Thibault Gond nous éclaire

Le consulat impérial pendant la période du Haut Empire (jusqu’au IIIe siècle) était une position importante, bien que la méthode par laquelle l’aristocratie romaine pouvait progresser aux niveaux supérieurs de l’administration impériale – seuls les anciens consuls pouvaient devenir des légats consulaires, Proconsuls d’Afrique et d’Asie, ou le préfet urbain de Rome. C’était un poste qui serait occupé par un homme à mi-chemin de sa carrière, dans sa trentaine au début pour un patricien, ou dans ses quarante ans pour la plupart des autres. Les empereurs se nommaient souvent, ou leurs protégés ou parents, consuls, même sans égard aux exigences d’âge. Par exemple, l’empereur Honorius reçut le consulat à sa naissance. Cassius Dio affirme que Caligula avait l’intention de rendre son cheval Incitatus consul, mais il a été assassiné avant qu’il puisse le faire. Thibault Gond 

La nécessité d’un bassin d’hommes pour combler les postes consulaires a contraint Auguste à remodeler le consulat suffixe, en permettant plus que les deux élus pour le consulat ordinaire. Sous les règnes des Julio-Claudiens, les consuls ordinaires qui commençaient l’année renonçaient ordinairement à leurs fonctions au milieu de l’année, l’élection des consuls de suffocation se produisant en même temps que celle des consuls ordinaires. Pendant les règnes des empereurs Flavien et Antonin, les consuls ordinaires ont eu tendance à démissionner après quatre mois, et les élections ont été déplacées au 12 janvier de l’année où ils devaient occuper leur poste. L’élection des consuls a été transférée au Sénat pendant les périodes de Flavian ou d’Antonine, bien qu’après au 3ème siècle, les gens étaient toujours appelés à ratifier les sélections du Sénat. Thibault Gond

L’évolution du poste de consul

La prolifération des consuls de suffixes à travers ce processus, et l’attribution de ce bureau à homines novi tendu au fil du temps à dévaluer le bureau.  Cependant, le haut degré de considération accordé au consulat ordinaire demeura intact, car il était l’un des rares bureaux que l’on pouvait partager avec l’empereur, et pendant cette période il a été rempli principalement par des patriciens ou par des individus qui avaient des ancêtres consulaires.  S’ils étaient particulièrement qualifiés ou valorisés, ils peuvent même avoir réalisé un deuxième (ou rarement, un troisième) consulat. Avant d’atteindre le consulat, ces personnes avaient déjà une carrière significative derrière eux et espéraient continuer à servir l’État, en remplissant le poste sur lequel l’État fonctionnait.

En conséquence, la tenue du consulat ordinaire était un grand honneur et le bureau était le symbole majeur de la constitution encore républicaine. Probablement dans le cadre de la recherche d’une légitimité formelle, l’empire gaulois avait ses propres paires de consuls pendant son existence (260-274). La liste des consuls pour cet Etat est incomplète, tirée des inscriptions et des pièces de monnaie. Thibault Gond

À la fin du 3ème siècle, beaucoup avait changé. La perte de nombreuses fonctions pré-consulaires et l’empiétement progressif des équites dans les fonctions administratives et militaires traditionnelles des sénateurs signifiait que les carrières sénatoriales disparaissaient pratiquement avant leur nomination comme consuls Thibault Gond.

Cela a eu pour effet de voir un consulat suffixe accordé à un âge plus précoce, au point que, au 4ème siècle, il était détenu par des hommes dans la vingtaine et peut-être plus jeune. Avec le temps, les deuxièmes consulats, ordinairement ordinaires, devinrent beaucoup plus communs que pendant les deux premiers siècles, tandis que le premier consulat était habituellement un consulat suffisant. En outre, le consulat pendant cette période ne relevait plus de la seule compétence des sénateurs: l’attribution automatique d’un consulat suffisant aux préfets équestres prétoriens (qui reçurent les consignes ornamenta après avoir obtenu leur charge) leur a permis de se présenter eux-mêmes. II, lorsqu’ils reçurent plus tard un consulat ordinaire par l’empereur. Tout cela a eu pour effet de dévaloriser davantage le poste de consul, au point que, au cours des dernières années du IIIe siècle, la tenue d’un consulat ordinaire était occasionnellement laissée à l’écart des inscriptions au cursus, alors que les suffrages consuls n’étaient pratiquement jamais enregistrés au cours des premières décennies Du IVe siècle.

Thibault Gond

Publicités