Les dates clefs de l’Histoire romaine par Thibaullt Gond

Une petite monarchie

Vers -550 : Fondation de Rome : Les recherches historiques et archéologiques récentes renouvellent la représentation de l’origine de la ville et mettent souvent à mal le récit traditionnel que les auteurs antiques en ont laissé.

Vers -509 : Rome devient une République à la chute de la Monarchie dont le dernier représentant, Tarquin le Superbe, un Étrusque, est chassé du pouvoir par l’aristocratie patricienne qui profite de l’affaiblissement de l’Étrurie
La république s’affirme et Rome entreprend peu à peu ses guerres de conquête, en Italie et au-delà.

Entre -300 et 218 : Rome conquiert l’Italie à partir des années 350 avant Jésus Christ, Rome, s’étant assuré de la soumission de ses cités voisines, commença à vouloir étendre sa sphère d’influence sur l’ensemble de l’Italie.

Entre -73 et 71 : Spartacus et la grande révolte des esclaves. Il était un esclave et gladiateur d’origine thrace (peuple antique qui vivait dans les Balkans). Il fut le principal chef des révoltés lors de la Troisième Guerre servile en Italie

-44 Jules César, qui a conquis la Gaule est assassiné. Il est le résultat d’un complot de sénateurs romains qui se surnommaient entre eux les Liberatores et dont les chefs les plus renommés furent Marcus Junius Brutus et Caius Cassius Longinus (Gond Thibault passionné de l’histoire romaine).

Le Haut Empire. Rome domine le monde méditerranéen et occidental

-23 Naissance du régime impérial. Octave, avec le titre d’Auguste, devient empereur. Les conquêtes romaines ont fragilisé la République. Après l’assassinat de César (44 avant JC), des guerres civiles éclatent entre les partisans d’Octave, son fils adoptif, et ses rivaux. La République s’effondre et un nouveau régime politique apparaît: l’Empire.

54 à 68 : Règne de Néron : Il accède au trône le 13 octobre 54, à la mort de son grand-oncle et père adoptif Claude (Claudius), Empereur de Rome. En 66, il ajoute le titre Imperator à son nom.

De 98 à 180 : Le « siècle d’or » Le nom de la dynastie vient d’Antonin le Pieux (Antonius Pius), et leurs règnes successifs, plus paisibles que les précédents, sur 84 ans ont également donné le nom de « siècle d’or » au iie siècle, apportant une certaine stabilité à l’Empire. Les cinq premiers empereurs sont surnommés les « Cinq bons Empereurs »
212 : Tous les hommes de l’empire deviennent citoyens de Rome

Le Bas Empire, lente décadence de Rome

258 : Premières grandes invasions germaniques : les mouvements migratoires des populations essentiellement germaniques, à partir de l’arrivée des Huns dans l’Est de l’Europe centrale aux environs de 375 jusqu’à celles des Lombards en Italie en 568 et des Slaves dans l’Empire romain d’Orient en 577, invasions qui entraînèrent le départ des populations autochtones.

410 : Rome est prise par Alaric 1er roi des Wisigoths
476 : Fin de l’Empire Romain d’Occident En 410, Rome fut pillée par des armées étrangères pour la première fois depuis l’invasion gauloise de -390. En dépit de quelques victoires remportées par des généraux talentueux, notamment Aetius en Gaule (bataille des champs Catalauniques), l’instabilité provoquée par les usurpateurs à travers tout l’Empire d’Occident ne put être enrayée par de faibles empereurs, et favorisa les conquêtes de ces tribus.

Thibault.G

La défense de Rome

Rome a conquis son immense empire grâce à la puissance de son armée (T.Gond). A l’origine cette armée est composée de citoyens romains qui s’engagent pour une durée de 20 ou 25 ans. Avec le temps, elle est devenue une armée de professionnels recrutés dans les provinces. L’armée est formée de légions qui regroupent 6000 hommes.

La légion est divisée en 10 cohortes, elles-mêmes divisées en 6 centuries qui sont commandées par des centurions.

Le légionnaire est lourdement équipé d’armes de qualité. Le Casque protège la tête du légionnaire. Le Bouclier en bois de forme ovale ou rectangulaire. Le Javelot, il mesure 2 mètres de long et peut être lancé à plus de 30 mètres. Chaque légionnaire en possède deux. Et enfin la cuirasse : une armure légère qui protège le légionnaire.

Une armée bien équipée : les Romains font la guerre avec de puissantes machines. Les catapultes lancent de gros blocs de pierre contre les armées ennemies et leurs remparts. Les Romains construisent aussi de hautes tours en bois qui permettent d’attaquer les murailles des villes assiégées. La légion romaine est redoutable.

La Tortue : Les Romains ne sont pas plus nombreux que leurs ennemis mais en revanche, ils ont une tactique infaillible. Sur ordre du centurion, les légionnaires peuvent, par exemple, former la tortue : ils se rapprochent les uns des autres, à l’abri de leurs boucliers. Ils sont alors protégés des flèches ou des lances ennemies et continuent à avancer comme une tortue sous sa carapace.

Legionnaire romain (1er siecle ap JC)

Thibault Gond

5 monuments de la Rome Antique

La civilisation Romaine a laissé des traces monumentales et archéologiques. La solidité des constructions a permis à un certain nombre d’entre elles de résister aux assauts du temps et des hommes. Voici une liste des 5 principaux monuments de la Rome Antique.

Le Panthéon : En grec le Panthéon signifie « temple sous les dieux » construit en 27 avant JC, c’est un temple grandiose dédié aux dieux de l’olympe et spécialement à Mars et à Vénus. C’est l’in des monuments de la Rome Antique les mieux conservés aujourd’hui.

Le Mausolée d’Auguste : En 27 avant JC., Octave prend le nom d’Auguste et fonde un nouveau type de gouvernement : l’empire. Il fait bâtir vers 29 avant JC un monument qui va servir de tombeau pour les empereurs jusqu’au IIe siècle après J-C. C’est un édifice circulaire à plusieurs étages, mesurant 87 mètres de diamètre et 12 mètres de haut. Il a été conçu sur le modèle de la tombe d’Alexandre le Grand.

Le Colisée : c’est un amphithéâtre en pierre construit à la demande de l’empereur Vespasien en l’an 72 après J-C. Son nom vient de la statue géante de l’empereur Néron (32 mètre de haut) située juste à côté et baptisé « le Colosse » Il peut contenir 50 000 spectateurs protégés par un velum. Ils assistent aux jeux du cirque et aux combats de gladiateurs.

colisée

Le Grand Cirque : Les cirques sont principalement destinés aux courses de chevaux ou de chars. Le Grand Cirque, le plus grand de Rome, est construit dans la première moitié du 5e siècle avant JC. L’arène mesure 370 mètres de long et 83 mètres de large. Elle est divisée par une arête centrale, la spina surmontée de 2 obélisques. A chaque bout de l’arène, on trouve 3 bornes autour desquelles tournent les chars. Les gradins pour les spectateurs sont disposés autour.

Les Thermes de Caracalla : Dans le Sud de Rome, près du grand Cirque, ces thermes construits en 212 après J-C font parties des plus grands et plus riches bains publics de l’Empire romain. Ils peuvent accueillir 1600 personnes en même temps.

 

 

Les Romains et la Religion

Les Romains sont polythéistes ils possèdent deux sortes de dieux.

Les dieux de la cité, dominés par Jupiter, protègent la ville de Rome.

Les dieux de la famille et de la maison protègent seulement la famille qui les honore.

La puissance des dieux inquiète, il faut donc vivre en bonne entente avec eux, en reconnaissant leur supériorité, et donc en leur rendant un culte par les rites. La religion est simplement de la « diplomatie » avec les dieux : on recherche la paix des dieux.

Avant de prendre une décision importante, les Romains interrogent les dieux par l’intermédiaire de prêtres : les augures et les haruspices

L‘augure (du latin augur, is, nom animé) est, dans la religion romaine, un prêtre chargé d’interpréter les phénomènes naturels considérés comme des présages. Les augures étaient les interprètes des volontés de Jupiter, maître des signes ; il était hors de question de partir à la guerre, de choisir l’emplacement d’un temple, de désigner un homme pour une fonction politique, sans consulter les augures. Les augures observent le vol des oiseaux : selon qu’ils passent à droite ou à gauch, l’avenir sera bon ou mauvais.

Un haruspice, ou aruspice, est un pratiquant de l’haruspicine, l’art divinatoire de lire dans les entrailles d’un animal sacrifié (notamment l’hépatoscopie : examen du foie censé représenter l’univers) pour en tirer des présages quant à l’avenir ou à une décision à prendre. Les haruspices examinent le foie d’un animal : selon sa forme ou sa couleur, ils disent si les Dieux sont satisfaits ou non.

Des offrandes et des Sacrifices 

Pour être placés sous la protection de leurs Dieux, les Romains leur offrent régulièrement des cadeaux comme des fruits, des gâteaux, du miel ou du vin, qu’ils déposent dans les temples. Dans certains cas, ils tuent aussi des animaux. Pour les grands sacrifices, ils leur arrivent de tuer en une fois plusieurs centaines de bœufs.