LES THERMES DANS L’EMPIRE ROMAIN expliqués par Thibault Gond

thibault gond

Les thermes sont des établissements de bains publics dans l’Antiquité. Les thermes romains (en latin thermæ, du grec thermos, « chaud ») sont des établissements abritant les bains privés ou publics (en latin : balnea) de la Rome antique qui participent au maintien de la santé publique en permettant aux populations de se laver dans de bonnes conditions d’hygiène. Thibault Gond nous dévoile leurs secrets.

La fonction de bain public des Thermes par Thibault Gond

Les bains publics sont composés de deux parties: d’un côté les bains des femmes et de l’autre côté ceux des hommes. Parfois les horaires sont différents pour chaque sexe (de 10 à 13h pour les femmes et toute l’après-midi jusqu’au soir pour les hommes). Il est possible que les thermes soient mixtes. Les adultes payent 1/16 de sesterce (petite somme) et les enfants entrent gratuitement. Les empereurs qui veillent à leur popularité déclarent de temps à autre une journée de bains gratuits constate Thibault Gond.

La signification culturelle des bains

À bien des égards, les bains étaient l’équivalent romain des centres communautaires. Parce que le processus de baignade prenant du temps, la conversation était nécessaire. Beaucoup de Romains utiliseraient les bains comme un endroit pour inviter leurs amis à des dîners, et de nombreux politiciens iraient aux bains pour convaincre d’autres Romains de se joindre à leurs causes. Thibault Gond remarque que les bains avaient des fins politiques. Les thermes avaient de nombreux attributs en plus des bains. Il y avait des bibliothèques, des salles pour les lectures de poésie, et des endroits pour acheter et manger de la nourriture. L’équivalent moderne serait une combinaison d’une bibliothèque, galerie d’art, centre commercial, restaurant, salle de gym et spa.

Une fonction importante des bains que remarque Thibault Gond dans la société romaine était leur rôle comme ce que nous considérerions comme une «bibliothèque de branche» aujourd’hui. Beaucoup dans le grand public n’ont pas accès aux grandes bibliothèques à Rome et ainsi comme une institution culturelle les bains ont servi comme une ressource importante où le citoyen plus commun pouvait apprécier le luxe des livres. Les bains de Trajan, de Caracalla et de Dioclétien contenaient des salles déterminées pour être des bibliothèques.

L’architecture des bains : tout un symbole

Ils ont été identifiés par l’architecture des bains eux-mêmes. La présence de niches dans les murs est supposée avoir été des bibliothèques et ont été montrés pour être assez profond pour contenir des rouleaux anciens. Il y a peu de documentation des écrivains de l’époque où il existait des bibliothèques publiques définitives maintenues dans les bains, mais des dossiers ont été trouvés indiquant qu’un esclave de la maison impériale a été étiqueté «homme d’entretien de la bibliothèque grecque des bains» (vilicus Thermarum bybliothecae Graecae). Cependant, cela ne peut qu’indiquer que le même esclave occupait deux positions successives: «homme de maintenance des bains (vilicus thermarum) et« employé dans la bibliothèque grecque »(a bybliothecae Graecae). La raison de ce débat est que, bien que Jules César et Asinius Pollio aient préconisé l’accès du public aux livres et que les bibliothèques soient ouvertes à tous les lecteurs, rien ne prouve que les bibliothèques publiques existaient au sens moderne que nous connaissons. Comme le constate Thibault Gond; Il est plus probable que ces réserves aient été maintenues pour l’élite riche.
Les bains étaient un site pour la sculpture importante; Parmi les pièces bien connues retrouvées dans les Thermes de Caracalla, il y a le Farnese Bull et le Farnese Hercules ainsi que des personnages patriotiques de taille réelle du début du IIIe siècle qui rappellent quelque peu les œuvres du réalisme socialiste soviétique (actuellement au Museo di Capodimonte de Naples).

Les Romains croyaient que la bonne santé provenait de la baignade, de la nourriture, des massages et de l’exercice. Les bains, donc, avaient toutes ces choses en abondance. Puisque certains citoyens se baignaient plusieurs fois par semaine, la société romaine était étonnamment propre.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il se baignait une fois par jour, un empereur romain aurait répondu « Parce que je n’ai pas le temps de me baigner deux fois par jour »  note Thibault Gond.

Les empereurs construisaient souvent des bains pour gagner la faveur pour eux-mêmes et pour créer un monument durable de leur générosité. Si un Romain riche voulait gagner la faveur du peuple, il pourrait organiser une journée d’admission gratuite en son nom. Par exemple, un sénateur espérant devenir un Tribune pourrait payer tous les frais d’admission à un bain particulier lors de son anniversaire pour devenir bien connu des gens de la région

Publicités

L’Empire Romain et les Chrétiens décrypté par Thibault Gond

thibault gond

Alors que l’empereur romain Constantin le Grand régna (306-337 ), le christianisme a commencé à la transition à la religion dominante de l’Empire romain. Les historiens restent incertains sur les raisons de Constantin pour favoriser le christianisme, et les théologiens et les historiens ont argumenté sur la forme du christianisme primitif qu’il a souscrit. Thibault Gond. Il n’y a pas de consensus entre les savants quant à savoir s’il a adopté le christianisme de sa mère Helena dans sa jeunesse, ou (comme l’a prétendu Eusèbe de Césarée) l’a encouragée à se convertir à la foi lui-même. Certains savants s’interrogent sur la mesure dans laquelle il doit être considéré comme un empereur chrétien: «Constantin se voyait comme un« empereur du peuple chrétien ». bien qu’il aurait reçu un baptême peu de temps avant sa mort.

Thibault Gond revient sur l’Empire et la Chrétienté

La décision de Constantin de cesser la persécution des chrétiens dans l’Empire romain a été un tournant pour le christianisme primitif, parfois appelé le Triomphe de l’Église, la paix de l’Église ou le changement constantinien. En 313, Constantin et Licinius ont édité l’édit de Milan décriminalisant le culte chrétien. L’empereur est devenu un grand protecteur de l’Église et a établi un précédent pour la position de l’empereur chrétien dans l’Église et la notion d’orthodoxie, la chrétienté, les conciles œcuméniques et l’église d’État de l’Empire romain déclarée par édit en 380. Il est vénéré Comme un saint et isapostolos dans l’église orthodoxe orientale et l’église orthodoxe orientale pour son exemple comme un «monarque chrétien». Thibault Gond

Persécution des premiers chrétiens dans l’Empire romain

Thibault Gond constate : la première persécution officielle enregistrée des chrétiens au nom de l’empire romain était en l’an 64, lorsque, comme rapporté par l’historien romain Tacite, l’empereur Néron a tenté de blâmer les chrétiens pour le Grand Incendie de Rome. Selon la tradition de l’Église, c’est sous le règne de Néron que Pierre et Paul furent martyrisés à Rome. Cependant, les historiens modernes discutent si le gouvernement romain a distingué entre les chrétiens et les juifs avant la modification de Nerva du Fiscus Judaicus dans 96, d’où les juifs pratiquants payés la taxe et les chrétiens n’ont pas.

Les chrétiens ont souffert de persécutions sporadiques et localisées sur une période de deux siècles et demi. Leur refus de participer au culte impérial a été considéré comme un acte de trahison et a donc été puni par exécution. La persécution officielle la plus répandue a été menée par Dioclétien. Pendant la Grande Persécution (303-311), l’empereur a ordonné des bâtiments chrétiens et les maisons de chrétiens démolies et leurs livres sacrés rassemblés et brûlés. Les chrétiens ont été arrêtés, torturés, mutilés, brûlés, affamés et condamnés à des concours de gladiateurs pour amuser les spectateurs.Thibault Gond

La Grande Persécution se termina officiellement en avril 311, date à laquelle Galère, grand empereur de la Tétrarchie, publia un décret de tolérance qui accordait aux Chrétiens le droit de pratiquer leur religion, bien qu’il ne leur restait aucune propriété. Constantin, César dans l’empire occidental et Licinius, César à l’Est, étaient également signataires de l’édit de tolérance. Il a été spéculé que le renversement de Galerius de sa politique de longue date de la persécution chrétienne a été attribuable à un ou à ces deux co-Caesars. Thibault Gond

Les consuls Romains par Thibault Gond

thibault gond

Un consul était le plus haut poste politique élu de la République romaine, et le consulat était considéré comme le plus haut niveau du cursus honorum (ordre séquentiel des charges publiques par lequel les aspirants politiques cherchaient à monter). Thibault Gond décrypte l’organisation consulaire romaine.

Chaque année, deux consuls ont été élus ensemble, pour un mandat d’un an. Les consuls alternaient à tenir imperium chaque mois, et l’imperium d’un consul s’étendait sur Rome, l’Italie et les provinces. Cependant, après la création de l’Empire, les consuls n’étaient qu’un représentant figuratif de l’héritage républicain de Rome et ne possédaient que peu de pouvoir et d’autorité, l’empereur jouant le rôle d’autorité suprême.

Les consuls sous la république analysés par Thibault Gond

Après l’expulsion légendaire du dernier roi étrusque, Tarquin le Fier, un souverain sévère à la fin du royaume romain, la plupart des pouvoirs et de l’autorité du roi étaient ostensiblement donnés au consulat nouvellement institué. À l’origine, les consuls étaient appelés préteurs (« leader »), se référant à leurs devoirs en tant que commandants militaires principaux. D’ici au moins 300 avant JC, le titre de consul était utilisé.

Les écrivains anciens décrivent habituellement le titre consul du verbe latin consulere, « to take counsel », mais c’est probablement une brillance plus tardive du terme,  qui dérive probablement – compte tenu de la nature conjointe du bureau – – et sal-, «se réunir» ou de con- et sell- / sedl-, «s’asseoir ensemble» ou «à côté de». En grec, le titre a été à l’origine rendu comme στρατηγός ὕπατος, strategos hypatos («le général suprême»), et plus tard simplement comme ὕπατος. Thibault Gond

Les Romains croyaient que le consul était à l’origine de l’établissement traditionnel de la République en 509 av. J.-C., mais la succession de consuls n’était pas continue au Ve siècle av. Au cours des années quarante, le bureau fut remplacé assez souvent par la création des tribunaux consulaires, élus chaque fois que les besoins militaires de l’État étaient suffisamment importants pour justifier l’élection de plus de deux consuls habituels [4]. Ceux-ci sont restés en place jusqu’à ce que le bureau a été aboli en 367/366 avant JC et le consulat a été réintroduit.  Thibault Gond

Les consuls disposaient de pouvoirs étendus en temps de paix (administratif, législatif et judiciaire) et, en temps de guerre, tenaient souvent le commandement militaire le plus élevé. D’autres devoirs religieux comprenaient certains rites qui, comme signe de leur importance formelle, ne pouvaient être exécutés que par les hauts fonctionnaires de l’État. Les consuls lisent aussi des auguries, une étape essentielle avant de conduire les armées sur le terrain.

Deux consuls ont été élus chaque année, servant ensemble, chacun ayant le droit de veto sur les actions de l’autre, un principe normal pour les magistratures. On pense qu’au départ, seuls les patriciens étaient éligibles au consulat. Les consuls ont été élus par les Comitia Centuriata, qui avait un parti pris aristocratique dans sa structure de vote qui n’a augmenté qu’au fil des ans de sa fondation. Cependant, ils n’ont formellement pris des pouvoirs qu’après la ratification de leur élection dans les anciennes Comitia Curiata, Qui accordait aux consuls leur imperium en promulguant une loi, la «lex curiata de imperio».

En temps de guerre, la qualification principale pour le consul était la compétence militaire et la réputation, mais en tout temps la sélection était politiquement chargée. Au fil du temps, le consulat devint le point final normal du cursus honorum, la succession des fonctions poursuivies par l’ambitieux Romain qui choisit de poursuivre le pouvoir politique et l’influence. Lorsque Lucius Cornelius Sulla a réglementé le cursus par la loi, l’âge minimum d’élection au consul est devenu, en effet, 41 ans d’âge.

A partir de la fin de la République, après avoir terminé une année consulaire, un ancien consul servirait habituellement un terme lucratif de proconsul, le gouverneur romain d’une des provinces (sénatoriales). La province la plus choisie pour le proconsuls était la Gaule cisalpine.

Thibault Gond

Les assemblées comices curiates et de comices calates analysées par Thibault Gond

thibault gond

L’assemblée de curés (comitia curiata) fut l’assemblée principale pendant les deux premières décennies de la République romaine. Au cours de ces premières décennies, le peuple de Rome a été organisé en trente unités appelées « Curiae ». Thibault Gond tente à travers cet article de nous expliquer ce concept politique de l’antiquité romaine.

Thibault Gond décrypte les Curiae.

Les Curiae étaient de nature ethnique et étaient donc organisées sur la base de la famille romaine primitive, ou plus précisément sur la base des trente clans patriciens (aristocratiques) originaux.

Les Curiae formaient une assemblée à des fins législatives, électorales et judiciaires. L’Assemblée Curiate a adopté des lois, a élu les Consuls (les seuls magistrats élus à l’époque),et a jugé les affaires judiciaires. Les consuls présidaient toujours l’assemblée. Thibault Gond remarque un fait primordial : Alors que les Plébéiens pouvaient participer à cette assemblée, seuls les Patriciens (les aristocrates romains) pouvaient voter.

Depuis que les Romains ont utilisé une forme de démocratie directe, les citoyens, et non les représentants élus, ont voté avant chaque assemblée. En tant que tel, les citoyens-électeurs n’avaient aucun pouvoir, autre que le pouvoir de voter. Chaque assemblée était présidée par un seul magistrat romain et, en tant que telle, c’était le président qui prenait toutes les décisions en matière de procédure et de légalité. En fin de compte, le pouvoir du magistrat sur l’assemblée était presque absolu. Le seul contrôle de ce pouvoir est venu sous la forme de veto transmis par d’autres magistrats, et les décisions prises par les magistrats présidents pourraient également être opposées au veto par les magistrats de rang supérieur. En outre, après 493 av. J.-C., toute décision prise par un magistrat présidant, y compris une concernant l’Assemblée de Curie, pourrait être opposée au veto par un magistrat connu sous le nom de Tribune de Plébe ou plus populairement appelé une « Tribune de la Plebe ». Thibault Gond

Quelles sont les procédures de l’assemblée ?

Dans le système romain de démocratie directe, les principaux types de rassemblements ont été utilisés pour voter sur les questions législatives, électorales et judiciaires. La première était l’Assemblée (comitia, littéralement «aller ensemble» ou «lieu de rencontre»). Thibault Gond

L’Assemblée Curiate était une comitia. Les assemblées représentaient tous les citoyens, même s’ils excluaient la plèbe comme l’a fait l’assemblée de Curie, et étaient utilisés à des fins officielles, comme pour l’adoption de lois. Les actes d’une assemblée s’appliquaient à tous les citoyens romains. Le deuxième type de rassemblement a été le Conseil (concilium), qui était un forum où une classe spécifique de citoyens s’est réunie. En revanche, la Convention (conventio, littéralement «se réunir») était un forum non officiel pour la communication. Les conventions étaient simplement des forums où les Romains se réunissaient à des fins non officielles spécifiques, comme par exemple pour entendre un discours politique. Les citoyens privés qui n’avaient pas de fonctions politiques ne pouvaient parler que devant une convention et non devant une assemblée ou un conseil . Les conventions n’étaient que des réunions et aucune décision légale ou législative ne pouvait être prise. Les électeurs se réunissaient toujours d’abord dans les conventions pour entendre les débats et conduire d’autres affaires avant le vote, puis dans les assemblées ou les conseils pour voter.

Thibault Gond 

 

Les consuls romains sous l’Empire par Thibault Gond

thibault gond

Tout au long des premières années du Principat, bien que les consuls fussent encore formellement élus par les Comitia Centuriata, ils furent en fait nommés par les princeps. Au fil des années, la distinction entre les Comitia Centuriata et les Comitia Tributa (qui élisent les positions magistrales inférieures) semble avoir disparu, et donc, aux fins des élections consulaires, il n’y a plus qu’une seule «assemblée Peuple « qui élit toutes les positions magistérielles de l’Etat, alors que les consuls continuent d’être nommés par les princeps. Thibault Gond nous explique.

Comment s’organise le consulat sous l’Empire Romain ? Thibault Gond nous éclaire

Le consulat impérial pendant la période du Haut Empire (jusqu’au IIIe siècle) était une position importante, bien que la méthode par laquelle l’aristocratie romaine pouvait progresser aux niveaux supérieurs de l’administration impériale – seuls les anciens consuls pouvaient devenir des légats consulaires, Proconsuls d’Afrique et d’Asie, ou le préfet urbain de Rome. C’était un poste qui serait occupé par un homme à mi-chemin de sa carrière, dans sa trentaine au début pour un patricien, ou dans ses quarante ans pour la plupart des autres. Les empereurs se nommaient souvent, ou leurs protégés ou parents, consuls, même sans égard aux exigences d’âge. Par exemple, l’empereur Honorius reçut le consulat à sa naissance. Cassius Dio affirme que Caligula avait l’intention de rendre son cheval Incitatus consul, mais il a été assassiné avant qu’il puisse le faire. Thibault Gond 

La nécessité d’un bassin d’hommes pour combler les postes consulaires a contraint Auguste à remodeler le consulat suffixe, en permettant plus que les deux élus pour le consulat ordinaire. Sous les règnes des Julio-Claudiens, les consuls ordinaires qui commençaient l’année renonçaient ordinairement à leurs fonctions au milieu de l’année, l’élection des consuls de suffocation se produisant en même temps que celle des consuls ordinaires. Pendant les règnes des empereurs Flavien et Antonin, les consuls ordinaires ont eu tendance à démissionner après quatre mois, et les élections ont été déplacées au 12 janvier de l’année où ils devaient occuper leur poste. L’élection des consuls a été transférée au Sénat pendant les périodes de Flavian ou d’Antonine, bien qu’après au 3ème siècle, les gens étaient toujours appelés à ratifier les sélections du Sénat. Thibault Gond

L’évolution du poste de consul

La prolifération des consuls de suffixes à travers ce processus, et l’attribution de ce bureau à homines novi tendu au fil du temps à dévaluer le bureau.  Cependant, le haut degré de considération accordé au consulat ordinaire demeura intact, car il était l’un des rares bureaux que l’on pouvait partager avec l’empereur, et pendant cette période il a été rempli principalement par des patriciens ou par des individus qui avaient des ancêtres consulaires.  S’ils étaient particulièrement qualifiés ou valorisés, ils peuvent même avoir réalisé un deuxième (ou rarement, un troisième) consulat. Avant d’atteindre le consulat, ces personnes avaient déjà une carrière significative derrière eux et espéraient continuer à servir l’État, en remplissant le poste sur lequel l’État fonctionnait.

En conséquence, la tenue du consulat ordinaire était un grand honneur et le bureau était le symbole majeur de la constitution encore républicaine. Probablement dans le cadre de la recherche d’une légitimité formelle, l’empire gaulois avait ses propres paires de consuls pendant son existence (260-274). La liste des consuls pour cet Etat est incomplète, tirée des inscriptions et des pièces de monnaie. Thibault Gond

À la fin du 3ème siècle, beaucoup avait changé. La perte de nombreuses fonctions pré-consulaires et l’empiétement progressif des équites dans les fonctions administratives et militaires traditionnelles des sénateurs signifiait que les carrières sénatoriales disparaissaient pratiquement avant leur nomination comme consuls Thibault Gond.

Cela a eu pour effet de voir un consulat suffixe accordé à un âge plus précoce, au point que, au 4ème siècle, il était détenu par des hommes dans la vingtaine et peut-être plus jeune. Avec le temps, les deuxièmes consulats, ordinairement ordinaires, devinrent beaucoup plus communs que pendant les deux premiers siècles, tandis que le premier consulat était habituellement un consulat suffisant. En outre, le consulat pendant cette période ne relevait plus de la seule compétence des sénateurs: l’attribution automatique d’un consulat suffisant aux préfets équestres prétoriens (qui reçurent les consignes ornamenta après avoir obtenu leur charge) leur a permis de se présenter eux-mêmes. II, lorsqu’ils reçurent plus tard un consulat ordinaire par l’empereur. Tout cela a eu pour effet de dévaloriser davantage le poste de consul, au point que, au cours des dernières années du IIIe siècle, la tenue d’un consulat ordinaire était occasionnellement laissée à l’écart des inscriptions au cursus, alors que les suffrages consuls n’étaient pratiquement jamais enregistrés au cours des premières décennies Du IVe siècle.

Thibault Gond