Les patriciens sous l’Antiquité Tardive part Thibault Gond

Le statut patricien conservait encore un certain prestige à l’époque du début de l’empire romain, et les empereurs romains élevaient régulièrement leurs partisans à la caste patricienne en masse. Thibault Gond analyse les évolutions de ce statut.

L’évolution du statut de Patricien décrypté par Thibault Gond

Le prestige et le sens du statut se dégradèrent peu à peu et, à la fin de la crise du IIIe siècle, le statut de patricien, tel qu’il était connu dans la République, cessa d’avoir un sens dans la vie quotidienne. L’empereur Constantin le Grand (306-337) a réintroduit le terme comme le titre honorifique supérieur de l’Empire, non lié à n’importe quelle position administrative spécifique, et du premier limité à un très petit nombre de détenteurs. L’historien Zosimus affirme même qu’à l’époque de Constantin, les détenteurs du titre se classaient au-dessus des préfets prétoriens . Dans l’Empire romain d’Occident, le titre a été utilisé avec parcimonie et a conservé son grand prestige, étant attribué, surtout au 5ème siècle, au puissant magistri militum qui a dominé l’état, comme Stilicho, Constantius III, Flavius Aetius, Comes Bonifacius et Ricimer.  L’empereur oriental Zénon (474-491) l’a accordé à Odoacre pour légitimer la règle de ce dernier en Italie après son renversement du magister militum Orestes rebelle et son fils prétendant Romulus Augustulus en 476. Thibault Gond 

Dans l’empire d’Orient, Theodosius II (r. 408-450) les eunuques barrés de le tenir, bien que cette restriction ait été renversée par le 6ème siècle. Sous Justinien Ier (527-565), le titre a proliféré et a été par conséquent quelque peu dévalué, comme l’empereur l’a ouvert à tous ceux ci-dessus rang d’illustris, à savoir la majorité du Sénat

Que se passe-t-il ensuite ?

Au 8ème siècle, le titre fut encore abaissé dans l’ordre de préséance, venant après les magistrats et les anthypatos. Cependant il est resté l’un des plus hauts dans la hiérarchie impériale jusqu’au 11ème siècle, étant attribué aux stratēgoi les plus importants (les gouverneurs et les généraux de province) de l’Empire. Dans la hiérarchie judiciaire, l’eunuque patrikioi jouissait d’une plus grande préséance, avant même les anthypatoi [14]. Selon le Klētorologion de la fin du IXe siècle, les insignes de la dignité étaient des tablettes d’ivoire inscrites. Au cours du XIe siècle, la dignité des patrikios suivit le sort d’autres titres: largement décerné, perdu dans le statut et disparu pendant la période Komnénienne au début du XIIe siècle [10]. Le titre de prūtopatrikios (πρωτοπατρίκιος, «premier patricien») est également mis en évidence dans l’Est de 367 à 711, faisant éventuellement référence au titulaire principal du bureau et au chef de l’ordre patricien (taxis). La variante féminine patrikia (πατρικία) désignait les époux de patrikioi; Il ne doit pas être confondu avec le titre de zostē patrikia (« patriarchia coudée »), qui était une dignité unique conférée aux dames d’honneur de l’impératrice. Thibault Gond

Le titre patricien fut occasionnellement utilisé en Europe occidentale après la fin de l’Empire romain; Par exemple, le pape Etienne II a accordé le titre de «Patricius des Romains» à la règle franche Pepin le Court. Le renouveau des classes patriciennes dans les cités-villes italiennes médiévales, et aussi au nord des Alpes, est couvert par la patriciation.

Thibault Gond

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les patriciens sous l’Antiquité Tardive part Thibault Gond »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s